Exploration - l'examen proposé

Explorations électrophysiologique


L’examen qui vous est proposé s’appelle électrophysiologie diagnostique.
Il s’agit d’aller enregistrer directement la vitesse à laquelle circule l’information, sous forme de courant électrique, dans les fibres nerveuses qui commandent la contraction des muscles de votre cœur.
our cela, on passe par l’intérieur de vos vaisseaux sanguins et de votre cœur. L’examen permet de détecter d’éventuelles anomalies du rythme cardiaque.

L’électrophysiologie diagnostique est le seul moyen pour aller vérifier le fonctionnement des fibres nerveuses qui commandent les contractions du cœur.


Quand l’examen est-il nécessaire ?


Dans la mesure où les autres examens ne permettent pas de déterminer avec certitude ce dont vous souffrez, et où les médicaments n’apportent pas d’amélioration, votre cardiologue peut estimer utile de vous proposer un examen appelé exploration électrophysiologique diagnostique.

Si vous vous évanouissez souvent (syncopes), cet examen permet de vérifier que ce n’est pas le cœur lui-même qui fonctionne mal.

L’anesthésie


Habituellement, on n’endort que la zone à opérer (anesthésie locale) en faisant des piqûres dans la région où on introduit le tuyau.

Il est rare que les patients soient complètement endormis (anesthésie générale). Cela arrive par exemple s’ils sont très perturbés et agités, ou s’ils ont besoin d’être aidés par des appareils pour respirer.

Pourquoi faut-il traiter ?

Quel est le problème ?


Parfois, certaines fibres nerveuses qui commandent les contractions du cœur ne fonctionnent pas bien.
Les battements du cœur ne sont alors pas toujours réguliers : on parle de troubles du rythme cardiaque.

Le cœur peut battre trop vite, ou au contraire trop lentement. Tout dépend des cas.
Quand le cœur bat trop lentement, ce sont les nerfs qui commandent normalement sa contraction qui ne transmettent pas bien l’information. On parle de trouble de la conduction.
Quand le cœur bat trop vite, cela peut être dû à la présence de nerfs supplémentaires, en plus des nerfs qui commandent normalement les battements du cœur.

La présence d’une ou plusieurs fibres nerveuses anormale est souvent un défaut que l’on a dès la naissance.
Elle peut être à l’origine de battements du cœur trop rapide. Selon la ou les fibres concernées et les muscles qu’elles commandent, le problème peut être plus ou moins grave.

Quelles sont ses conséquences ?


Vous avez l’impression d’avoir le cœur qui s’emballe, qui bat trop fort (palpitations) ou trop vite (tachycardie).

Ce type de problème peut aussi provoquer des évanouissements (syncope) sans raison déterminée.
Ceci dit, tout évanouissement n’est pas forcément dû à un problème au cœur.

Parfois, les troubles du rythme passent inaperçus et ne donnent aucun signe (symptôme). On les détecte au cours d’examens effectués pour d’autres raisons.

Le suivi

Il faut suivre rigoureusement les consignes de votre médecin. Allez aux rendez-vous qu’il vous programme, et, s’il vous en propose, passez les examens de contrôle. C’est important pour vérifier qu’il n’y a pas de problème.
En fonction des résultats de l’examen, on peut vous proposer une simple surveillance médicale régulière, un traitement par des médicaments, ou encore par la chirurgie.

Si votre cœur bat périodiquement trop vite (tachycardie) à cause de la présence d’une fibre nerveuse supplémentaire, on peut vous proposer de détruire cette fibre anormale à l’aide d’un tuyau dans lequel passe un courant électrique (ablation par radiofréquence). Son principe est presque le même que celui de l’exploration électrophysiologique diagnostique.
Si la vitesse de circulation de l’information dans les fibres nerveuses normales est trop lente, on peut vous proposer la pose d’un appareil appelé pacemaker.
C’est un stimulateur qui permet de relancer le cœur quand l’activité de celui-ci ralentit dangereusement.

Un autre appareil peut également être installé à côté du cœur : le défibrillateur implantable. Il détecte automatiquement l’accélération trop rapide du cœur et fait cesser le trouble en délivrant une petite décharge électrique. On propose cette dernière opération dans certains troubles du rythme cardiaque particulièrement importants.